Vous êtes ici : Je protège mon enfant > Les 5 maladies infantiles les plus répandues


Les 5 maladies infantiles les plus répandues

Hiver ou pas, quand on est un bébé, on est sujet à pas mal de maladies infantiles plus ou moins graves dont le simple nom fait frémir les parents. Alors autant savoir en reconnaître les premiers signes pour être sûr d’être au top et de bien protéger son enfant.

Rougeole, Oreillons, Rubéole, les maladies infantiles du fameux ROR

maladies-infantiles-bebe

Apprenez les maladies infantiles pour savoir jouer un minimum au docteur !

Tout le monde le sait aujourd’hui, le fameux vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) est un incontournable pour éviter ces maladies infantiles pendant un temps disparues. Or, si aujourd’hui on connaît une recrudescence de ces maladies, notamment chez les adultes, c’est parce que les Français ont tendance à bouder ce vaccin, comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Rien qu’en 2010, ce ne sont pas moins de 2000 cas de rougeole qui ont été recensés en France dans les 5 premiers mois seulement ! Et ces rougeoles ont débouché sur plus de 700 hospitalisations.

Loin de moi l’idée de relancer la polémique 1000 fois traitée “Pour ou contre les vaccins”. Mais malgré tout il ne faut pas oublier que la rougeole aurait été éradiquée du territoire si le taux de vaccination fixé par la loi de santé publique de 2004, 95%, avait été atteint. Bref, la rougeole est une maladie qui peut entraîner de graves complications (pneumonie, encéphalites, surdité) voire causer le décès du patient. Donc, la principale chose à faire est tout de même de faire vacciner bébé en temps et en heure par votre médecin !

Bref, cela étant dit, reste maintenant à savoir déterminer les premiers signes indicateurs d’une rougeole, des oreillons (heureusement moins graves) et de la rubéole.

  • La rougeole : grosse fièvre accompagnée d’écoulements du nez, toux sèche, yeux larmoyants et grosse fatigue sont des signes qui, cumulés, doivent vous inquiéter. A leur suite apparaissent des boutons blancs et rouges qui parsèment l’intérieur des joues suivis de près par une éruption globale. Dès les premiers signes, allez chez le médecin. Même s’il n’existe aucun traitement, il pourra néanmoins vous prescrire des médicaments pour apaiser les symptômes.
  • Les oreillons : fièvre, plus ou moins importantes, maux de tête et difficulté à ouvrir la bouche sont des symptômes qui ne trompent pas. Et pour vérifier, tâtez le cou de votre enfant : les oreillons font gonfler les glandes parotides (c’est pour cette raison que l’enfant a du mal à ouvrir la bouche).  Aucun traitement ne permet de soigner les oreillons : on se contente de traiter les symptôme en attendant que ça passe…
  • La rubéole : La rubéole se manifeste essentiellement par un peu de fièvre et une éruption cutanée. Si, d’une manière générale, elle est bénigne pour les enfants, la rubéole est surtout extrêmement contagieuse (pendant bien 2 semaines) et dangereuse pour la femme enceinte. En effet, si une femme enceinte est contaminée, cela peut entraîner des malformations du fœtus qu’elle porte. Attention donc !
  • La roséole : Comme toutes les maladies infantiles, le nom de celle-ci fait parfois peur aux parents. Mais pas de panique : rien de grave dans la roséole ! Vous la reconnaîtrez cependant sans aucun doute car bébé va exploser ses records de fièvres. Ma petite en a eu une et je peux vous dire que, sur le coup, j’ai paniqué. Mais en fait ça passe assez vite. Par ailleurs, il y aura une éruption de petits boutons sans effets. La seule manière de traiter la roséole est de traiter la fièvre. Comme d’habitude donc : paracétamol et ibuprofène en alternance avec éventuellement un bain. Mais n’oubliez pas : la température de l’eau ne doit surtout pas être à moins de 37°C ! Certains parents pensent qu’il faut donner un bain tiède ou frais. Surtout pas ! Vous risqueriez un choc thermique. Un bon 1/4 d’heure dans un bain à 37°C fera parfaitement l’affaire.

Vous voilà prêt à déceler les maladies infantiles les plus classiques chez les tous petits. Alors n’oubliez pas que votre enfant a surtout besoin, quand il est malade, d’amour et de câlins, pas de se taper 3 heures aux urgences (ce qui peut être traumatisant pour un enfant, surtout tout petit). La santé de nos bébés est importante mais ne doit pas éclipser leur bien-être moral. Il vaut mieux une bonne fièvre qu’un gros traumatisme. N’oubliez pas : une fièvre n’est que rarement grave en elle-même. Aussi, ayez toujours chez vous et avec vous paracétamol et ibuprofène et attendez 24 heures de fièvre pour consulter un médecin.